Stéphane, Lionel et Nicolas, heureux papas du seul «char» du village

Le 07 février 2010La Voix du Nord édition d’Hazebrouck

Stéphane, Lionel et Nicolas, heureux papas du seul «char» du village

C’est aujourd’hui que Godewaersvelde donne le « la » du carnaval, en Flandre intérieure. Entre bandes et cortèges de chars, les influences se croisent dans ce village qui cherche aussi à se démarquer. En témoignent les efforts de Stéphane, Nicolas et Lionel, au volant du seul « char » godewaersveldois du défilé… celui des « Biroutes ».

Ils ne courent pas après les bandes, pas plus qu’ils n’usent leurs genouillères en hommage à Cô-Pinard. S’ils aiment faire la fête, Stéphane Rosselle, Nicolas Tanchon et Lionel Huvelie sont moins des carnavaleux dans l’âme… que des Godewaersveldois qui apprécient leur village et qui ont envie de s’y sentir bien. Et c’est avant tout « pour le faire vivre, ce village », qu’ils ont décidé de prendre part cet après-midi au défilé de chars, dans les rues de la commune, formant ainsi la seule touche vraiment locale dans un cortège en réalité très bailleulois.

Un pari un peu fou quand on sait que les voisins, dans la cité de Mélusine, passent des heures, des mois à peaufiner leur équipage alors qu’eux se sont mis martel en tête au mois de décembre, le 22 très précisément, « lors d’une première réunion ». Peu de temps donc, peu de moyens aussi, mais une volonté et une envie bien présentes.

Jonglant avec les emplois du temps des uns et des autres – pas évident quand deux travaillent dans le bâtiment et qu’un entretient un élevage de reptiles – ils sont parvenus à consacrer quatre, cinq soirées à la mission qu’ils s’étaient fixée, mettre sur pied leur fameux char. « Une bonne vingtaine d’heures de réflexion, mais toujours beaucoup de plaisir », résument-ils. Bon, tout ça n’est pas toujours très fin. Suffit de voir le nom de baptême qu’ils ont emprunté… les Biroutes. « C’est dans l’esprit du carnaval et de cette terre de géants ! », rigolent-ils de bon coeur. « On avait d’abord pensé aux sixties, mais ça ne sonnait pas bien… Puis les petites biloutes, mais on s’est dit que ça pouvait donner mauvaise image… » Bref, ils ont finalement vu plus grand. Une option qu’ils n’ont pas retenue, en revanche, pour le char en question. « Ou la charrette, devrait-on plutôt dire », sourit Stéphane en carressant du regard le vieux C15 sorti d’on ne sait trop où. « On a coupé le toit, desossé une partie du véhicule, mis tout ça en peinture… » Ce n’est pas du grand art. La « charrette » fera peut-être même un peu pâle figure à côté de ses grands frères bailleulois, « mais on aura une souplesse qui nous permettra de jouer les trouble-fête ». Surtout qu’ils occuperont une place de choix dans le cortège, en quatrième position, entre le char d’Eecke et la Belle Hélène. « On a tout prévu, ajoute encore Stéphane. On va diffuser les airs du carnaval de Dunkerque sur la sono qu’on emportera à bord. On a bien l’intention de mettre l’ambiance.

« Après ce coup d’essai – quelque peu improvisé -, les Godewaersveldois tenteront l’an prochain le coup de maître. « Là, on s’y est pris un peu tard, mais l’année prochaine, on fera mieux. Un char, un vrai. Notre défi ? Qu’il fasse quinze mètres de long ! » Un char digne des biroutes



vlad6bathory |
laurinda |
brest2008terresetmersdebret... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | syndicalisme
| LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production